EXPOSITION / Les Bêtes d’avant l’Histoire / Barbara DAEFFLER

Du Vendredi 18 octobre au dimanche 1er décembre

–> Vernissage / jeudi 17 octobre / 18h30

 

Archaïsme et fragilité

C’est dans la terre, le grès de préférence que Barbara DAEFFLER  trouve la trace des êtres vivants avant l’histoire et par le jeu des textures, des couleurs et le passage du feu, elle leur donne une présence mystérieuse. Si les artistes de Lascaux représentaient les animaux de leur quotidien avec réalisme, sublimés sur les reliefs des parois rocheuses.

Ses animaux de prédilection – bisons, chevaux, aurochs, bœufs musqués, mammouths – sont rêvés, fantasmés. Ils incarnent le sauvage par essence, la puissance, une résistance sereine et implacable. Ils ont traversé l’histoire, arborent fièrement des marques d’érosion, de fossilisation, patines du temps comme des coquetteries sacrées.

Les Bisons Blancs font référence à une prophétie des indiens Lakotas, ancienne de 2000 ans. Selon les Lakotas, le retour de cet animal mythique et sacré et dont les naissances sont rares, incarne le retour de la paix et de l’harmonie entre les peuples. Il prend la figure de la «Femme Bison Blanc». Les mystérieux Bœufs Musqués, animaux fascinants d’archaïsme et d’élégance évoquent le lointain passé d’une paléontologie imaginaire.

 

Barbara DAEFFLER est céramiste. Elle travaille au sein de la Briqueterie de Langueux dans les Côtes d’Armor où elle enseigne depuis près de 20 ans cette activité. Son domaine de prédilection est la sculpture céramique d’animaux et de vanités. Elle conduit également des cuissons Raku pour des sculpteurs. Son travail se nourrit de ses premières amours, l’archéologie et l’ethnologie. Il puise dans deux thématiques qu’elle affectionne particulièrement, la préhistoire et le monde sauvage.

Plus d’info

http://www.barbaradaeffler-ceramique.com et http://www.facebook.com/barbara.daeffler

 

« Ces animaux qui galopent sans sabots dans notre imaginaire collectif, depuis la nuit des temps, ils nous regardent, ils viennent à nous. Nous sommes comme aimantés, connectés à eux par les fibres les plus profondes de notre être. Parce que ça a dû être nous, un jour, cette chasse stoppée par un instant de contemplation. »

« Faire de la céramique comme on ferait de l’ethnologie. Être artiste comme on serait un peu anthropologue. Voilà ce que semble viser la céramiste Barbara Daeffler à travers son art. »

Muriel Van Vliet, professeur de philosophie

 

Nous on partage, et vous ?

Vous aimerez aussi...